•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec du retard, dont je ne sais si il est inhérent à une trop grosse activité impulsée par notre société occidentale et ses conditionnements ou par un alzheimer précoce malgré les rappels de mon pote qui pourtant m’y a poussé,  je vous fais partager mon voyage en Ecosse et une prose bien modeste que ce pays m’a inspirée sur place ! En la mettant en perspective des photos que j’y ai associées, elle se suffira en elle même…. Enfin il me plaît de le croire…..

« Séduisante Ecosse je ne sais si je dois te trouver charmeuse ou irritante
De tes apparats tu te pares,  tes couleurs et paysages tu nous livres
La gentillesse des tes habitants dans toutes les régions est constante
La grandiosité,  la magnificence, l’immensité et la variété de tes paysages nous enivrent
Au détour d’une route sinueuse, moutons et vaches libres en pleine nature
Font monter en nous des envies fortes et  prégnantes de villégiature
Mais quand tu te mets à pleurer,  ton ciel gris, froid qui sur nous déverse la pluie
En enfilant le costume envoûtant d’une Bretagne automnale
Nous pourrions te maudire si nous n’y décelions pas une douce mélancolie
Qui te confère en été une aura mystérieuse et magistrale
Châteaux, vallées,  loch et cascades surgissent en plein virage
Nous jouissons de tes offrandes la tête parfois dans les nuages
Le soleil est souvent absent,  les couleurs ternes et lugubres,  les plaines et monts brumeux,
Nous profitons de ton long manteau sombre et humide sans autre optique que te photographier avec nos yeux
Merci Ecosse contrastée de te livrer à nous ainsi sans artifice, en toute intimité
Même si pour t’apprécier pleinement,  il faut parfois savoir oublier l’été…. »