•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Qu’il est agréable de respirer une ville à son réveil…. La vie, la lumière, les odeurs, les bruits ne sont pas les mêmes…. Une espèce d’atmosphère cotonneuse d’où progressivement émerge une agitation mesurée…. Il est 6h…Les enfants, debouts, aident leurs parents…Et la grand mère…. Le travail est  en famille ici,  à l’étalage, ils servent le café tout en se  préparant pour l’école….
Nous avons assisté à la fameuse cérémonie quotidienne des offrandes aux moines..c’est vraiment étrange… Un air solennel flotte…. Les habitants assis ou à genoux qui remettent du riz dans une jarre tendue par les moines bouddhistes.. Mais il y a toujours des abrutis qui malgré les consignes regardent de haut, prennent des photos le nez collé,  ne changent pas de trottoir…ostentatoires… Des bêtes de foire……
Le respect est parfois une notion  très subjective….
L’activité du matin est très différente.. Les travailleurs viennent s’attabler prendre un café et petit déjeuner,  croisant donc les enfants qui se préparent pour aller à l’école tout en aidant la famille à servir… Les chiens errants viennent eux se rassasier des déchets de la veille juste avant le ramassage des poubelles en tuk tuk… Peu de touristes sont présents.. C’est ce qui en fait un moment privilégié… Intimiste…
Nous arrivons à la bus station et la, le bus VIP qui n’a de nom que l’inscription sur le pare-brise se remplit peu à peu… Le voyage va être un peu roots et périlleux, nous sommes un peu malades….
Nous quittons Luang prabang avec tristesse car nous avons aimé cette ville au carrefour du nord et centre du Laos au sein de laquelle authenticité et tourisme se croise sans excès….
Premier arrêt au bout de 45 min pour un pneu crevé…. Very Important Problem me souffle seb…..
Ce voyage en bus va me sembler interminable.. Il serpente sans arrêt provoquant tangage permanent… Il y fait chaud ,  ce qui permet la production de vapeurs de vomissures qui végètent dans les sacs rouges qui se balancent au siège… Ma voisine de droite et mes voisines de derrière s’en donnent  à cœur joie dans ce registre… Et puis nous nous arrêtons prendre une vieille dame perdue brandissant sa pancarte au niveau des montagnes.. Elle s’asseoit … devant moi bien entendu.. Une odeur pestilentielle s’en dégage… Et elle est malade…. 🙂 .
Une poule caquette dans la soute… Nous n’en sommes qu’à deux heures de route…. Et oui le laos c’est aussi ça… Des trajets pouvant être pénibles…..
A l’instar d’une pause pipi., je viens m’installer à côté de mon pote… C’est beaucoup  mieux… Plusieurs arrêts parfois inexpliqués, mitraillette à la main….
Cependant, nonobstant ces nuisances olfactives,  le trajet est aussi beau qu’à l’aller,  je ne le commenterai donc pas de nouveau… Nous sommes dans les montagnes  à perte de vue (lorsque celle-ci n’est pas obstruée par les fumées des brûlis…)
Nous traversons ces villages d’autrefois où parfois nous avons l’impression d’être au tiers monde ce qui contraste avec la modernité des sourires….

Ça se régule… Mai c’est long… Très long…. Nous en sommes à notre 9 ème heure…. Quand je pense que certains font juste un aller retour à la capitale pour aller faire stériliser leur poule,  je suis admiratif….

Enfin arrives après 11h de trajet à notre chambre… Une petite pause à air d’aller dîner…

L’inquiétude, toute relative pour le moment,  réside dans le fait que l’aéroport de Bruxelles est toujours fermé.. Et c’est la que nous devons atterrir….

Loooooooooong le voyage…..

image

image

image

20160326_113144.jpg

image

Posté avec WordPress pour Android