•  
  •  
  •  
  •  
  •  

La faim du voyage étant satisfaite, la fin du voyage est un fait…. 🙂
Aujourd’hui nous avons décidé de nous octroyer une journée de repos… Visite d’un temple, logistique de départ pour vientiane, massage,  sandwiches sur le marché, un verre….. En vrac….
Demain matin lever 5h30 car nous souhaitons assister aux offrandes aux moines bouddhistes par les habitants de Luang prabang(si je voulais faire un bon mot empreint de respect et déférence, nous allons voir les chauves sous riz) … Avant un départ à 7h30 en tuk tuk pour la gare de bus….

Nous avons souhaité prolonger une nuit à Luang prabang et écourter d’une nuit notre séjour dans la capitale….. Car nous nous sentons bien ici….

Je ressens une impression étrange aujourd’hui; comme si le séjour prenait fin demain…. C’est le problème inhérent aux longs trajets: 9h de bus pour vientiane demain puis train de nuit dimanche, toute la journée de lundi à Bangkok puis vol de 12h qui part  à minuit….
Nous sentons la fin du séjour se rapprocher et son début s’éloigner…. C’est un truisme, une évidence digne de La Palisse, me direz vous mais je le ressens comme si l’espace temps s’étirait… En regardant toutes les photos prises depuis le début de notre aventure,  notre séjour à Bangkok, ne datant pourtant que d’à peine 10 jours, nous paraît si loin….Et notre départ n’est pourtant que dans 3 jours… Nous allons prendre le chemin inverse comme si nous rembobinions le film… Remontions le temps…
Mais il s’est passé tant de choses depuis notre départ..ici et là bas… … Dans les faits: trajets, soleil; rencontres ponctuelles, villages,  histoires de vies,  balades,  paysages; brume liée aux brûlis …. Dans les ressentis egalement: odeurs,  nourriture,  gentillesse lao,  beauté des enfants,  tranquillité intérieure, sourires, partages, philosophie de vie, …..
Et des projets plein la tête… Avec des envies de partage…
Ce mode de voyage itinérant me convient décidément bie … ..

Et encore une rencontre étonnante que celle que nous avons faite ce midi au hasard d’un restaurant perché sur l’autre rive d’un pont en bambou… Une jeune française, Camille  nous adresse la parole en quittant le restaurant… On échange,  elle s’asseoit et boit un verre avec nous…   échanges à bâtons rompus sur le pays, les voyages,  l’écologie, le monde,  le végétarisme,  la photo,  etc. Et une balade partagée avant qu’elle ne prenne un bus de nuit ce soir pour vientiane… Avant de descendre dans le centre du Laos ! Encore un profil différent, atypique: 34 ans, consultante en systèmes d’information, elle a quitté son travail, repris un et entre les deux elle a décidé de voyager… Seule… Elle est partie en Thaïlande dans un centre pour éléphants puis à décidé de faire le laos… elle descend dans le centre se faire un Road trip en scoot avant que son copain ne la rejoigne à Bangkok pour une semaine et qu’elle rejoigne ses colocataires en Indonésie….
Que c’est rafraîchissant toutes ces personnes qui voyagent et s’enrichissent intérieurement…..

Nous avons l’esprit et la besace pleins de photos. Nous nous sommes progressivement0appropriés le pays, la ville et on ne photographie plus qu’avec nos yeux, maintenant que l’effet de surprise et d’enchantement est passé pour laisser place à un ancrage optionnel et sentimental fort.. Ce pays nous parle… Ses habitants nous deviennent familier… Nous y évoluons avec aisance et discrétion… Respectueux des us et coutumes qui pourraient0parfois choquer nos esprits et yeux d’occidentaux..mais gardons nous de jugement et d’intervention nième néfaste quand on voit ce qu l’on a fait de nos sociétés… . notre valise est pleine de souvenirs,  de photos et nous n’avons plus besoin de capter les lieux,  les moments, les sourires….. Ils sont en nous… Nous les vivons… Nous nous sommes installés doucement dans ce pays et nous nous en retirons tout aussi progressivement….

Je reste malgré tout face à un dilemme concernant les occidentaux que l’on a rencontrés ici… On pourrait les classer vulgairement en deux catégories si on voulait simplifier sans rentrer dans le détail : il y a les bagpackers qui arpentent les routes de l’Asie pour s’imprégner,  vivre une aventure humaine à la fois pour eux même mais avec les autres,  respectueux des lieux et des gens ainsi que des ex-baroudeurs tombés amoureux du pays et parfois d’une lao,  qui se sont installés,  modestement,  parfois même intégrés littéralement… Et heureux…
Mais il y a aussi ces expatriés ou ces personnes venues faire la fête parce que ce n’est pas cher ou un business,  bourrés de suffisance et de condescendance,  à l’esprit et le comportement colonial, que j’execrent car le pays et les gens sont pour eux un vaste terrain de jeux. ils ne se rendent même  pas compte qu’ils viennent gangrèner avec leurs deviances occidentales un pays et une population qui n’a pas besoin de nous pour être heureuse…
L’argent,  le travail à outrance,  les horaires fixes,  le stress,  les jeux stupides où le but est juste de boire de l’alcool et de bourrer la gueule à « monsieur tang » , des regards lubriques sur des décolletés, etc….
S’il vous plaît messieurs et mesdames les conquistador du dimanche, ne venez pas pourrir ce pays encore authentique avec vos valeurs qui ont fait de notre Europe décadente un terrain miné….

image

image

image

image

image

image

Posté avec WordPress pour Android