•  
  •  
  •  
  •  
  •  

image

Partis à 20h30, cette nuit dans le train nous offre le magnifique cadeau de la pleine prise de conscience du voyage.
Nous sommes désormais bien loin de la fourmilière Thaïlandaise, une étape qui n’a apporté que plus de sens encore à notre départ vers le Laos.
Le charme suranné de ce wagon couchette ne nous a pas fait oublier que la plupart des autres voyageurs étaient dans des rames simples, mais c’est aussi une bonne chose que de s’offrir un peu de confort lorsqu’on n’oublie pas qu’il est d’exception.
Car après tout c’est ainsi que nous goûtons au mieux à ce qui est doux et bon.
Le jour est maintenant en passe de prendre tous ses droits, le soleil, quoiqu’un peu timide encore derrière une légère brume matinale, n’hésite plus à faire briller les quelques pare-chocs chromés de pick-ups des paysans les plus riches.
Jean-Philippe vient de mettre William Fitzsimmon, « I still love you ». Pour un peu ce pourrait être de la France qu’il parle ce sympathique barbu. C’est ce qui me vient en fait à l’écouter égrener ses notes.
La ligne grande vitesse se construit en France, côtoyant la ligne tgv que nous connaissons. Là notre train se la coule douce, son retard est presque bienvenu, ça nous laisse le temps, encore un peu.
C’est bon d’avoir le temps quand on a le temps de l’avoir.
Quelques minutes encore et nous descendons du train en même temps que nos lourds sacs grimperont sur nos dos, passagers fainéants dont le seul mérite est de nous ramener à l’essentiel que nous avons accompagné d’un accessoire encombrant et un peu trop lourd.

image

Cette fin de la Thaïlande fait alterner des paysages tantôt ruraux, avec des multitudes de petits champs à culture sur brûlis, chiens décharnés et marais un peu secs, et faubourgs un peu crabes. Sacré correcteur automatique qui transforme crade en crabe, vous ne l’aviez même pas remarqué.

Nous arrivons, encore un peu de marche, de bus, et nous y serons.

image

image

Il est temps que je descende du train, j’ai des gazs.

image

Posted from my smartphone, on the road